Nouvelles

La Maternité

Elle s’amuse souvent à comparer sa grossesse à un tsunami émotionnel… Au départ, comme un choc interne, un choc qu’elle seule peut ressentir et qui prend tout son temps pour se montrer au reste du monde. 

Et une fois que la vague des émotions arrive, plus rien ne la retient.

C’est un déferlement qui ravage tout sur son passage.

L’amour écrase la tristesse, qui écrase le bonheur, qui écrase la douleur et tout cela sans fin… La peur, l’angoisse, la joie, l’euphorie, la colère, l’inquiétude, rien ne résiste à cette vague… Qui porte le doux nom de « la vie »… Cette vie qu’elle s’apprête à donner à cet enfant, cette vie qui va changer la sienne. 
Sûrement le seul tsunami qui fait des dégâts essentiels à notre construction. 

Aucune grossesse ne se ressemble, on ne cesse de l’entendre, mais elle reste persuadée que les émotions traversées sont similaires… seule la manière de les ressentir reste différente.

Dans sa passion pour les métaphores, elle aime représenter l’être humain à un carrosse. Le carrosse serait notre corps, comparable à différents modèles (de la Mini au 4×4, de la citadine au break) avec des options différentes en fonction de chacun. Chacun de nous possède son propre carrosse, qu’il dirige comme il le souhaite. Le cocher serait donc notre mental, élément essentiel pour choisir le bon chemin et pour diriger le carrosse. Les chevaux pourraient donc être notre énergie. Cette énergie qui nous aide à avancer malgré la difficulté de la vie parfois. Dans cette énergie on y retrouve nos désirs qui nous aident à faire des choix, ces désirs qu’il faut savoir préserver.

Lors de cette période de vie, ton carrosse se transforme, le modèle évolue, et nous ne sommes pas toujours prêtes à cela. Notre cocher n’est plus le même, notre tsunami fait des ravages et le mental, n’y échappe pas.

Les chevaux prennent une nouvelle cadence, plus lente, profitant du paysage.

9 mois de paysage différents, 9 mois de transformations permanentes du carrosse, 9 mois d’adaptation, de découvertes…

Certaines diront que ce sont 9 mois de bonheur, d’autres 9 mois d’angoisse, d’autres 9 mois de galère…

Chacune vit ces 9 mois à sa manière… son tsunami, son carrosse…

Seul le résultat est identique : l’amour démesuré pour ce nouvel être, pour ce bout de nous…

Crédit photo : Stéphanie Wey

Ludivine Sacco 2018
Texte protégé
Plagiat pénalisé par plainte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *